Association du patrimoine artistique asbl

Bénin 2016 : Atelier Africain du design 

Autour d’un fil

Pour cet atelier exceptionnel au mois d’août 2016 à Abomey, Martine Boucher a réuni douze tisserands et cinq experts pour les confronter à un fil. Il ne s’agissait pas de n’importe quel fil mais bien du fil qui permet aux tisserands de tisser.

Du design textile, plus que jamais à la fois loin et proche des traditions. Du textile qu’on explore par la matière, du coton noble filé à la main en provenance des champs de coton de Parakou ou de Lokossa teinté naturellement avec de l’indigo, de la mangue, du caïlcédrat, du honsukwékwé ou tout simplement du fil polyester auquel se sont mêlés des fils fait de sacs plastiques ou de ciment ou encore de bandes de K7 récupérées.


Du tissage fait à deux, quatre ou six mains, qui permet à chacun d’échanger les points de vue, d’expertiser, d’évoluer. Un tissage en marche vers de nouvelles créations, de nouveaux marchés.

C’est la confrontation d’artistes, designers ou artisans, qui fait la qualité de cet atelier.

C’est une nouvelle fois avec le soutien de Wallonie-Bruxelles International que nous avons pu réaliser ce projet devenu au cours des ans un vrai programme inscrit depuis 2012 aux accords bilatéraux Wallonie-Bruxelles / Bénin.

Avec

Bénédicte Henderick, artiste-plasticienne

Anne-Sophie Costenoble, photographe

Estelle Chatelin, designer textile

Vincent Baïlou-Beloua, designer

Boris Abas dit Prince Toffa, styliste

détails
Michèle Populaire

IMAGES COMPOSITES

exposition du 13 au 28 janvier 2017

Trois derniers jours jeudi 26 de 14 à 18H- vendredi 27 de 14 à 18H

et samedi 28 FINISSAGE de 14 à 18H

ASSOCIATION DU PATRIMOINE ARTISTIQUE

7 rue Charles Hanssens à 1000 Bruxelles

www.michelepopulaire.be

Cette façon de créer des passages d'une réalité à l'autre, d'accoler des lieux, de jeter des ponts entre eux et d'enjamber des obstacles nous est bien connue. C'est celle du rêve.

Dans le sommeil, le cerveau produit comme des gerbes d'étincelles des pensées condensées, ainsi que des images innombrables et fugitives. Elles recèlent chacune des univers qui se bousculent, entrent en contact les uns avec les autres et s'éteignent aussitôt, alors qu'on voudrait pouvoir les retenir et s'y attarder pour en goûter davantage la saveur. Le rêve nous affranchit de la gravité, il apprivoise le vertige, et nous permet d'oublier nos propres peurs. Il survole la réalité si matérielle, si tangible et parfois périlleuse sans s'empêtrer, il nous permet de traverser le monde comme si nous étions des anges et de survivre à la violence et la cruauté de l'existence. Il nous suggère nos propres facultés oubliées, et nous fait retrouver une sorte d'innocence, un goût de l'interdit, un appétit pour l'épouvante, une jubilation enfantine face aux tabous ou aux catastrophes. Il suspend délicieusement la morale en même temps qu'il anéantit la pesanteur, et détruit même cette forme de contrôle de soi qu'est le bon goût. Souvent nous désirons prolonger les délices du sommeil, et rester plus longtemps dans cet état de suspension merveilleuse.

Voilà qu'on nous y invite.

Pierre Loze

détails
EXPOSITION VINCENT STREBELLE

NOUVEL ACCROCHAGE 1968-2016

Du 1er décembre 2016 au 1er janvier 2017,jeudi, vendredi et samedi de 14 à 18 heures ET

OUVERTURE exceptionnelle 3 dimanches 11, 18 décembre et le1erjanvier de midi à 18 heures

Association du Patrimoine artistique -7 rue Charles Hanssens

1000 Bruxelles

Les créations de Vincent surprennent par leurs variétés. Néed’idées originales et logiques en même temps, chaque œuvre découle d’une autre, puis à son tour en engendre une nouvelle, comme il se plaît à l’expliquer. On perçoit mieux encore ces liens par leurs titres et les petites phrases, souvent humoristiques ou empreintes de sagesse, qui les accompagnent.

détails
PIERRE BUCH - PHOTOGRAPHIES

Vernissage jeudi 10 novembre de 18 à 21h.

Exposition du 10 au 26 novembre 2016

Ouvert jeudi-vendredi-samedi de 14 à 18 heures

Ouverture les jours fériés tels que le vendredi 11 novembre

La photographie ne nous met pas devant la réalité, elle ne la montre pas, elle la commente. Elle nous parle autant de celui qui l'a regardée que de ce qu'elle semble faire voir. D'ailleurs, les premiers amateurs qui s'y sont intéressés, à la fin du XIXe siècle, étaient des peintres et en ont fait d'abord un usage purement artistique. En se répandant avec le portrait, la photo de reportage, de paysage, de carte postale, la photo a accrédité les idées populaires sur la capacité qu'elle aurait de nous donner un rendu objectif. C'est ainsi que l'objectif du photographe et l'objectivité ont fait un mariage illusoire et souvent trompeur. La photo, c'est simple. Il n'y a qu'à pousser sur le bouton. On pouvait aussi méconnaître tout ce qui se passait dans l'obscurité du laboratoire. Est-ce un art ? disait-on.

détails
Exposition HENRI EVENEPOEL  Un destin brisé, 1872-1899

NE RATEZ PAS LES 3 DERNIERS JOURS DE L’EXPOSITION HENRI EVENEPOEL

JEUDI 27 – VENDREDI 28 -SAMEDI 29 OCTOBRE de 14 à 18h.

À L’ASSOCIATION DU PATRIMOINE ARTISTIQUE 7 rue Charles Hanssens et CHEZ Eric Gillis FINE ART, 14 rue aux Laines

détails
Pierre Lizin

Une soirée à l'Association du Patrimoine artistique, rue Charles Hanssens 7 à 1000 Bruxelles, mercredi 25 mai à 20h : dialogue avec Pierre Lizin

Latences / Vortex

2 expositions / 2 lieux

LATENCES à l'Espace Alloué du 12 au 4 juin / vernissage jeudi 12 mai

rue de la Longue-Haie 23 à 1000 Bruxelles

VORTEX à l'Association du Patrimoine artistique du 20 mai au 4 juin /vernissage jeudi 19 mai

rue Charles Hanssens 7 à 1000 Bruxelles

Pierre Lizin Vortex

http://mu-inthecity.com/2016/05/pierre-lizin-recycle-la-ville/

VORTEX
Pour le moment, il n'y a rien que l'on puisse faire, sinon regarder. Comme un elfe, Pierre Lizin pose par ses photos et ses films des constats, sans aucun jugement ni condamnation. Son œil impavide se promène, s'arrête et contemple. C'est nous qui suppléons et qui pouvons y voir une signification dramatique ou prémonitoire.

détails
Œuvres de Rainer Tappeser à l'Association du Patrimoine artistique

La saison 2014-2015

Voici six ans déjà que nous nous occupons de cet espace d'exposition. On nous pose bien souvent des questions. Vous ne vendez pas ? Mais alors, comment faites-vous? Les artistes vivants que nous exposons peuvent évidemment vendre leurs œuvres, et tant mieux pour eux. Nous nous contentons de les montrer et de partager notre enthousiasme.

détails
CECILE MASSART Construire la mémoire

vernissage jeudi 14 avril 2016 de 18 à 21h.

exposition du 15 au 30 avril 2016

jeudi, vendredi et samedi de 14 à 18h.

Association du patrimoine artistique,7 rue Charles Hanssens, 1000 Bruxelles +32 (0)2 512 34 21

Rencontres avec Cécile Massart au cours de l’expositiondu jeudi 21 au samedi 23 avril (15 à 17h) et du jeudi 28 au samedi 30 avril (15 à 17h)

Notre société utilise l'énergie nucléaire. Dans chaque pays nucléarisé, les résidus de cette activité sont gérés par des agences. Celles-ci travaillent à la conception des structures industrielles pour le stockage des déchets faiblement radioactifs mais aussi de ceux qui seront enfouis dans les sous-sols argileux, granitiques, salins. On sait que les délais de dangerosité de ces déchets hautement radioactifs concernent des périodes de temps qui dépassent notre entendement : 600.000 ans. Comment transmettre aux hommes qui viendront après nous la connaissance de l'existence de ces sites?

détails
DU ROMANTISME À L'IMPRESSIONNISME - LA SOCIÉTÉ LIBRE DES BEAUX-ARTS

Artistes exposés : Edouard Agneessens, Hubert Bellis, Hippolyte Boulenger, Henri de Braekeleer, Joseph Coosemans, Alexandre De Blochouse, Charles de Groux, Jean de la Hoese, Bruno-Alphonse De Simpel, Jean Degreef, Louis Dubois, Victor Fontaine, Théodore Fourmois, André Hennebicq, Charles Hermans, Adrien-Joseph Heymans, Paul Lauters, David Oyens, Jean Robie, Félicien Rops, Eugène Smits, Alfred Stevens, Joseph Stevens, Charles Tschaggeny, Edmond Tschaggeny, Camille Van Camp, Guillaume Van der Hecht

Association du Patrimoine artistique - 7 rue Charles Hanssens à 1000 Bruxelles- Du 19 février au 26 mars 2016 - jeudi, vendredi et samedi de 14 à 18 h

La Société Libre de Beaux-Arts a été fondée par des artistes à Bruxelles, en 1868. Après l'opposition très démonstrative du romantisme au néoclassicisme, dans les années 1830, on a cru pouvoir interpréter la signification de sa création dans les mêmes termes et en faire cette fois un bastion du réalisme en opposition au romantisme et à l'académisme. Mais faut-il toujours regarder ce qui s'est fait en Belgique à la lumière des courants et des antagonismes successifs qui ont animé la vie artistique à Paris ?

détails
Le professeur Paul Philippot est décédé

Nous avions vingt ans. La volonté de connaître, mais aussi la passion de comprendre. Les professeurs nous apprenaient bien des choses. Mais lui seul arrivait à nous mener plus loin dans l'acuité du regard et la capacité à interpréter. Il savait voir, mais aussi, il savait dire ce qu'il y avait à voir. Avec quelle grâce, avec quelle attention aux choses, avec quel amour de la vie.

détails