Association du patrimoine artistique asbl

LE JARDIN SAUVAGE

Une exposition et un livre

encres de Chine de Paul de Gobert - texte de Pierre Loze

Prisme Editions

Exposition du 15 novembre au 8 décembre

à l' Association du Patrimoine artistique, 7 rue Charles Hanssens,1000 Bruxelles

OUVERT jeudi, vendredi et samedi de 14 à 18H

Le jardin actuel, sorte de salon de verdure, avec ses parterres et massifs suggérant des meubles, son gazon s’étendant comme un tapis, ses allées de gravier entretenue au roundup est-il toujours de mise au moment où nous découvrons que la biodiversité est menacée? L’écrivain Pierre Loze et le peintre Paul De Gobert se sont unis pour évoquer LeJardin Sauvage,refuge des oiseaux et des abeilles. Une exposition de dessins accompagnée d’un livre, qui voudraient nous ouvrir les yeux sur la beauté et la diversité de la nature et qui se penche sur l’étrange relation que nous avons à présent avec elle, au risque de mettre ses équilibres en péril. Le Jardin sauvage est aussi celui que nous avons en nous depuis l’enfance, la source de notre désir de liberté et de créativité, et le rappel de notre encrage dans l’univers et de notre conscience d’y appartenir. Paul De Gobert dans sesdessins à l’encre de Chine et à l’eau suit la voie des anciens mais avec une écriture étonnamment actuelle, que nous ne pourrions déchiffrer sans avoir vu Cy Twombly ou le dessin japonais, ou sans avoir compris les significations de l’Abstraction. L’écriture de Pierre Loze est elle aussi celle des classiques, elle utilise un langage simple, avec la volonté de créer une fable aussi douce à lire que lesLettres de mon moulin.

un aperçu :

https://www.prisme-editions.be/sendy/l/ir1REM91lf05ck4pvwEHcw/gXXP7qWUWmVKS75ACiuIIQ/111be2my8Tgtu0QA892mRhPQ

détails
Bruxelles, À LA FIN DE L'ANCIEN RÉGIME Des Grandes Demeures ... aux impasses
Bruxelles Association du Patrimoine artistique 2018 96 p.

catalogue de l'exposition. Texte commentantles 100 gravures, dessins, photographies exposées

Guide de Bruxelles de Desaubleaux
Bruxelles Association du Patrimoine artistique 2018

Un précieux guide de Bruxelles, quartier par quartier, réalisé à partir du plan de Desaubleaux de 1780. Avec index des rues, ruelles et impasses en français et en flamand ainsi que des institutions publiqueset privées, des édifices religieux...

BRUXELLES

À LA FIN DE L'ANCIEN RÉGIME

Des Grandes Demeures ... aux impasses

Bruxelles a connu depuis des siècles de nombreux bouleversements qui ont fait disparaître les derniers vestiges de la ville d’autrefois. L’Association du Patrimoine artistique s'est mise en tête de nous faireredécouvrir la ville ancienne.À partir de plans mis à grande échelle, on peut aisément localiser les rues, ruelles et impasses, marchés et fontaines ainsi que les bâtiments civils et religieux de la ville. Près d'une centaine de gravures, dessins et photographies accompagnent cette rencontre avec le Bruxelles disparu.

Avec l’aimable collaboration de Monsieur Claude Van Loock et du Cercle d’Histoire de Bruxelles. En partenariat avec le CIDEP et le Musée de la Médecine.

Exposition du jeudi 6 septembre au samedi 27 octobre 2018

jeudi-vendredi-samedi de 14 à 18 heures

à l'Association du Patrimoine artistique

7 rue Charles Hanssens, 1000 Bruxelles

détails
Bruxelles, demeures nobiliaires disparues / Cantagallina, voyageur italien

association du patrimoine artistique, 7 rue Charles Hanssens, 1000 Bruxelles, mercredi-vendredi et samedi de 14 à 18H .

PROLONGATION jusqu'au 21 octobre

Pour les journées du partrimoine ouverture le samedi 16 et le dimanche 17 de 10 à 18 heures.

En 1971, était publiée sous la direction de l'archiviste en chef de la ville de Bruxelles, Mme Mina Martens, une réédition illustrée de la monumentale Histoire de Bruxelles de Henne et Wauters de 1840. Cette réédition, accompagnée de nombreux documents d'archives, dessins, gravures, plans et photographies anciennes, était malheureusement remplie d'imprécisions et d'erreurs (légendes inexistantes, clichés à l'envers, localisations fausses, etc.) qui ont durablement égaré les recherches et jeté dans un flou, qui n'est toujours pas dissipé, sur la connaissance de Bruxelles aux 15e, 16e et 17e siècles.

Avec cette exposition, nous voudrions contribuer à combler le retard considérable qu'accuse aujourd'hui la connaissance du foncier bruxellois de l'ancien régime et relancer les recherches iconographiques qui permettront de mieux appréhender l'état de la ville avant les grandes perturbations urbanistiques apportées par le 19e siècle. Notre but est d'y intéresser une nouvelle génération de chercheurs et de les attirer vers ces sujets.

détails
Remigio Cantagallina

Loze P. et D. Vautier (sous la dir. de) Le voyage d'un artiste florentin dans les Pays-Bas méridionaux en 1612-1613, Editions Snoeck, Bruxelles, 2017, pp.256.

À l’occasion de la préparation d’une exposition sur le voyage des artistes européens qui sont allés se former en Italie, notre attention avait été attirée par le cas assez rare d’un artiste qui, à l’inverse, a fait le voyage à partir de Florence vers les Pays-Bas Espagnols, pour compléter sa formation de paysagiste et rencontrer un artiste du Nord dont c’était la spécialité : Jean Brueghel. Les dessins de Bruxelles et de diverses villes des Pays-Bas méridionaux qu’il réalisa au cours de son séjour, ainsi que les dessins qu’il fit à la ville thermale de Spa, conservés aux Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique, sont relativement connus. Mais aucune étude complète sur les circonstances et les causes de ce voyage, ni sur les influences qu’il entraîna, n’avait été publiée depuis.

La présente étude a été menée par l’Association du Patrimoine artistique et a impliqué des chercheurs belges, français et italiens. Créée en 1979, l’association s’efforce depuis près de quarante ans de promouvoir la connaissance et la mise en valeur de pans méconnus du patrimoine et de l’histoire de l’art en Belgique. Elle a à son actif plus d’une trentaine de publications.

détails
Le professeur Paul Philippot est décédé

Nous avions vingt ans. La volonté de connaître, mais aussi la passion de comprendre. Les professeurs nous apprenaient bien des choses. Mais lui seul arrivait à nous mener plus loin dans l'acuité du regard et la capacité à interpréter. Il savait voir, mais aussi, il savait dire ce qu'il y avait à voir. Avec quelle grâce, avec quelle attention aux choses, avec quel amour de la vie.

détails