Association du patrimoine artistique asbl

Bruxelles autrefois

La promenade le long de la rivière bruxelloise continue...

LA SENNE A CIEL OUVERT

de la période française au voûtement (1795 - 1871)

Du 9 décembre au 29 janvier 2022

Les jeudis - vendredis - samedis : 14 à 18 heures

7 rue Charles Hanssens - 1000 Bruxelles (Sablon)

Sans réservation pour les visites individuelles

C’est aux alentours de la Senne, dans les quartiers où l’artisanat tributaire de l’eau s’était développé depuis le Moyen Âge, qu’a débuté la révolution industrielle à Bruxelles. L’étude de cette partie de la ville, de 1795 à 1871, démontre les conséquences très rapides des réformes qui furent imposées par la Révolution française. En quelques décennies,
quantité d’activités industrielles se sont installées dans le tissu urbain médiéval, qui s’est considérablement densifié, et qui a fini par imploser sous l’effet de la surpopulation et de l’insalubrité.

Pour la première fois, une étude minutieuse, maison par maison, met à profit les dossiers de rapports d’expropriation conservés aux Archives générales du Royaume. Elle permet de comprendre le processus de dégradation du tissu urbain et des conditions de vie qui a conduit à la décision d’entreprendre le voûtement complet de la rivière, suite à une vague d’épidémies meurtrières. On y observe la coexistence de modes de vie anciens et d’activités industrielles dans des quartiers de plus en plus densément habités où le débit de la rivière ne suffisait plus à garantir la salubrité.

Cette histoire de la Senne au 19esiècle constitue une suite à l’exposition consacrée à la rivière bruxelloise du Moyen Âge au 18esiècle, qu’elle vient enrichir par une abondante iconographie en partie inédite.
On y découvre l’allure de ces quartiers qui ont disparu, remplacés par les grands boulevards et la Bourse de Commerce dans le but de donner un nouveau visage à la capitale.

Cette exposition est liée aux 150 ans du voûtement de la Senne. D'autres expositions sont proposées par la Région Bruxelles-Capitale, les Musées de la Ville de Bruxelles, les Halles Saint-Géry. #150Senne

Bruxelles autrefois

L’Association du Patrimoine artistique vous invite dans son espace à poursuivre la promenade le long de la rivière bruxelloise. L’exposition La Senne à ciel ouvert du Moyen Age au XVIIIe siècle est prolongée ; elle change progressivement pour aboutir au deuxième volet.

Volet 2

LA SENNE A CIEL OUVERT

de la période française au voûtement (1795 - 1871)

Du 9 décembre au 29 janvier 2022

Les jeudis - vendredis - samedis : 14 à 18 heures

7 rue Charles Hanssens - 1000 Bruxelles (Sablon)

Catalogue en cours d'élaboration

Liste des images : J.-B. Van Moer, aquarelle © Musées de la Ville de Bruxelles - Maison du Roi./L. Ghémar,1867, photographie © KBR, Cabinet des Estampes./G.-P. Burggraaff, lithographie et aquarelle, vers 1820/1825© KBR, Cabinet des Estampes./J.-T. Kämpfe,juillet 1870,photographie © KBR, Cabinet des Estampes. /L. Ghémar,La Veuve Bruggemans à sa fenêtre, détail,1867 ©KBR, Cabinet des Estampes.

détails
Bruxelles autrefois

Sortie du catalogue

Vol.1

LA SENNE A CIEL OUVERT

du Moyen Age au 18e siècle

Disponible à notre espace d'exposition aux heures d'ouverture

Textes : Pierre Loze et Alain Jacobs. Format A4, 128 pp., 208 illustrations. ISBN : 9782960275322.

Programme des 150 ans de la Senne : https://www.bruxelles.be/150-ans-du-voutement-de-la-senne

Bruxelles autrefois

Volet 1

LA SENNE A CIEL OUVERT

du Moyen Age au 18e siècle

accompagnée d'un catalogue

Du 14 octobre au 27 novembre 2021

Les jeudis - vendredis - samedis : 14 à 18 heures

7 rue Charles Hanssens - 1000 Bruxelles

détails
Le Musée des Beaux-Arts de Tournai en péril

Respectons intégralement l'œuvre de Victor Horta. Le génie de cet architecte est incontestable, il échappe trop souvent à la compréhension des gens qui s'occupent de muséographie. Pour le Musée des Beaux-Arts de Tournai, toute percée dans le bâtiment est inacceptable.

merci de signer la pétittion

www.change.org/p/monsieur-paul-olivier-delannois-bourgmestre-de-tournai-contre-l-enlaidissement-du-musée-des-beaux-arts-de-tournai

Monsieur le Ministre-Président et Monsieur le Vice-Président du gouvernement wallon

Avec les inondations catastrophiques que viennent de connaître les villes de Wallonie, nous prenons conscience des travaux d'infrastructure qu'il va falloir réaliser, avec le concours de grands bureaux d'ingénieurs, afin que pareils événements ne se reproduisent plus. Cette prise de conscience nécessitera des choix budgétaires.

Dans ce contexte, il est une dépense dont la Région Wallonne pourrait salutairement faire l'économie : celle de l'adaptation du Musée des Beaux-Arts de Tournai à une vision moderne de la muséologie dite contemporaine.

détails
Le Conservatoire de Musique de Bruxelles

RESTAURER SANS DEFIGURER ! Bruxelles encore et toujours menacé !

Le Conservatoire laissé à l'abandon...une occasion pour de mauvais architectes de s'illustrer...

lien avec la pétition sur change.org

www.change.org/p/ville-de-bruxelles-contre-l-enlaidissement-du-conservatoire-royal-de-bruxelles

Bruxelloises, Bruxellois,

Chaque nuit nous craignons de tomber endormis car, au matin, Bruxelles compte une balafre de plus.

Le Conservatoire Royal de Bruxelles, magnifique et robuste hôtel néo-classique construit en 1876 dans la Rue de la Régence, va être défiguré par une intervention architecturale contemporaine. L’édifice de l’architecte hollandais Jean-Pierre Cluysenaar est en mauvais état: il convient de le restaurer. La tâche est confiée aux bons soins du bureau A2RC spécialisé, pour notre plus grand malheur, dans la construction d’extensions aussi disgracieuses qu’inadaptées.

De fait, le bureau A2RC – en collaboration avec les bureaux Origin et FVWW – s’apprête à construire une annexe au Conservatoire Royal. Celle-ci ressemble à un amoncellement anarchique de cubes blancs percés de larges ouvertures horizontales, endommageant gravement un paysage urbain déjà meurtri par la bruxellisation.

Cette annexe à l’architecture résolument moderniste-mondialisée a été conçue sans égard pour l’œuvre de Cluysenaar. Soyons clairs: entretenir le patrimoine est essentiel. Par contre, profiter de cette occasion pour construire des extensions sans utilité, sans goût et sans respect du lieu où elles s’imposent, nous paraît fautif.

Plus gravement encore, le projet prévoit en l'état de démolir des écuries classées, propriété du Conservatoire royal, situées au cœur de l’îlot. Ces écuries sont à l’abandon depuis plusieurs décennies et n’ont fait l’objet d’aucune rénovation d’envergure.Le propriétaire – le Conservatoire royal de Bruxelles sous la houlette de la Fédération Wallonie-Bruxelles – s’est donc rendu coupable de négligence, laissant délibérément pourrir un bien classé dont il était légalement tenu d’assurer l’entretien (défaut d’entretien d’un bien a été reconnu comme une infraction à l’environnement). Si le projet aboutit, il se rendra coupable d’une seconde infraction: la destruction d’un bien classé. Rappelons que conformément à l’article 232 du COBAT, il est interdit de «démolir en tout ou en partie un bien relevant du patrimoine immobilier».

Enfin, nous dénonçons l’opacité qui entoure ce projet. En dépit de l’article 32 de notre Constitution sur la transparence administrative, la région Bruxelles-Capitale ne communique aucun document sur l’état du projet et des discussions au sein du comité de suivi.

En conséquence, nous demandons:

  1. Des garanties que les écuries classées ne seront pas démolies et dignement restaurées, conformément à la loi,
  2. La publication des procès-verbaux concernant toutes les phases du projet jusqu’ici réalisées, conformément à la loi,
  3. Restaurer le Conservatoire Royal de Bruxelles sans défigurer son architecture par une extension contemporaine,
  4. Les élèves du Conservatoire Royal sont déjà répartis dans plusieurs bâtiments du centre-ville. Si le Conservatoire Royal devait absolument s’agrandir, privilégier les innombrables sites patrimoniaux inoccupés en leur donnant ainsi une seconde vie,
  5. Si pour un motif impérieux une extension du Conservatoire Royal s’avérait nécessaire, faire en sorte que son architecture ne diffère pas de l’édifice d’origine.

1 097 ont signé. Prochain objectif : 1 500!

Quand elle atteindra 1 500 signatures, cette pétition aura plus de chance d'être reprise par les médias et journaux locaux!

l'avenir du Sablon

Des nouvelles du Sablon

Comité Sauve Lebeau Sablon

COMMUNIQUE DE PRESSE Bruxelles le 28 janvier 2021

Demande de permis d’urbanisme de la société Immobel sur le bloc Belgacom au Sablon, rue Lebeau- rue de la Paille – rue de Ruysbroeck

Ce 27 janvier, la Commission de Concertation de la Ville de Bruxellesa invité Immobel à retirer sa demande et à introduire une nouvelle demande de permis d’urbanisme et d’environnement afin que la demande de permis d’urbanisme puisse être soumise à une étude d’incidences.

Le Comité de riverains Sauve Lebeau Sablon salue cette décision qui rencontre ses préoccupations.

  • Tous les riverains et associations présents lors de la réunion de la Commission avaient en effet unanimement demander le refus pur et simple de ce projet démesuré et déraisonnable. Aucune voix n’a été favorable au projet.
  • Le Comité avait encore reçu depuis le soutien de milliers de Bruxellois, de l’association Quartier des Arts, de la Fondation Frison-Horta, d’Europa Nostra Belgium ainsi que de nombreuses personnalités du monde culturel, comme Paul Dujardin (Bozar) et de Peter De Caluwe (La Monnaie.)

Immobel doit retourner à la case départ. C’est une bonne chose!

détails
Belgacom - projet Immobel

Dernières nouvelles du Sablon

voici le lien avec la présentation d'Alain de Coster qui a été présenté ce matin à la commission de concertation qui s'est déroulée ce mardi 19 janvier: https://bit.ly/lebeau-sablon-concertation

Nous étions une 40taine de participants. L'intervention d'Alain de Coster a fait son effet. A présent, nous attendons le résultat de cette commision qui devrait arriver dans une semaine.

et tout cela c'est grâce à votre soutien à vous tous...

SABLON immeubles Belgacom

détails