Association du patrimoine artistique asbl

Art contemporain

UN CHEMIN IMPREVU

Florence Vercheval

02 > 25 juin 2022

jeudi vendredi samedi 14 - 18 h

Artistes invitées

Colombe Isa Lange
Anne Germe

d

Les objets qui nous entourent parlent, parfois mieux que les êtres vivants qui s'y attachent. Florence Vercheval est artiste photographe, mais aussi décoratrice dans le cinéma. C'est elle qui choisit les objets qui reflèteront les personnages et les situations d'un film que l'on s'apprête à tourner, en relation avec un scénario donné. Faut-il s'étonner que, quand elle réfléchit à celui de sa vie et en fasse l'objet de sa création et de sa réflexion personnelle, elle reprenne le même chemin ? Faisant des rencontres avec des objets, mais parfois aussi avec des textes qui tout à coup l'éclairent, Florence réfléchit sur elle-même. Il existe pourtant des réalités que les mots des philosophes ou des écrivains n'arrivent qu'à effleurer et que des mises en scène rendent merveilleusement. Dans son esprit, dans la maison qu'elle habite, et dans l'exposition qu'elle nous livre en même temps que son intimité, ces deux approches se complètent et ce que d'autres ont si bien dit va à la rencontre d'objets assemblés. Il y a dans son regard de chineuse une tendresse infinie pour la naïveté populaire qui va droit au cœur, sans le filtre du bon goût, et qui raconte ce qui reste de la jeune fille romantique qui sommeille en elle. La poupée recollée aux cicatrices d’or est une métaphore enchanteresse. Comme dans les films, Florence s'est entourée de complices qui apportent leur contribution à la pièce, au petit théâtre merveilleux qu'elle met en place et à l'émotion silencieuse et intime qu'elle réussit à susciter et cherche à partager. On peut prendre des morceaux de ces vies rêvées, qui recroisent parfois la nôtre, ou se laisser porter par la petite brise, faite de légèreté et de joie, qui ressort de ses installations. Les sollicitations sont si émotionnelles qu'elles franchissent les barrières de cet art contemporain si souvent conceptuel, auquel son art appartient pourtant.

Pierre Loze


Photographies, installations, sculptures, dessins

Avec deux éditions de livres d'artiste - F. Vercheval.


Images défilantes
Photo1, série n°3, "Je laisse...", 2021, impression à jet d'encre pigmentaire sur papier vinyl adhésif, 21 x 12,2 cm. (invitation) / Photo 29, série n°3, La famille, 2021, impression à jet d'encre pigmentaire sur papier vinyl adhésif, 27,3 x 42 cm. / Photo 11, série n°3, "L'habitude occupe de plus en plus...", 2021, impression à jet d'encre pigmentaire sur papier vinyl adhésif, 14 x 21 cm. / ​Photo 02, série n°3, "Bref exposé...", 2021, impression à jet d'encre pigmentaire sur papier vinyl adhésif, 21 x 12 cm. /Adrianus-1745, série n°4, 2022, impression à jet d'encre pigmentaire surpapier RC mat 180 gr., 14 x 14 cm.© Florence Vercheval

détails
Association Sauve Lebeau Sablon – Communiqué du 21 avril 2022

Association Sauve Lebeau Sablon Communiqué du 21 avril 2022

Un nouvel immeuble tour dans le quartier du Sablon ?

Non merci!

De nombreuses personnes rencontres des difficultés pour signer la pétition: il semble qu'on ne puisse la signer que depuis un ordinateur

car depuis un gsm ça ne fonctionne pas ! C'est très contrariant et nous en sommes désolés.

https://www.change.org/p/priez-de-signer-la-p%C3%A9tition/u/30444329

En février 2022, Immobel a introduit une nouvelle demande de permis d’urbanisme pour la reconstruction de 35.000 m2, principalement de bureaux et d’hôtel, sur la place de la Justice et le bas de la rue Lebeau. Ce projet sera bientôt soumis à l’enquête publique.

Mais, il semble que le secrétaire d’État à l’urbanisme, Pascal Smet, lui ait déjà donné son aval. Il veut une tour «qui a de la gueule» sur la place de la Justice et il ne s’en cache pas.

Complicité ou complaisance?

Le premier projet d’Immobel avait été recalé début 2021 par la Cour Constitutionnelle. Immobel a depuis revu sa copie et, sous la pression des riverains et associations, a renoncé à démolir les immeubles de 1895, 1947 et 1954 de la rue de la Paille, dont le coin (ex. Taschen) visible depuis la place du Grand Sablon.

Mais pour tout le reste de l’îlot, c'est reparti pour un nouveau projet de démolition-reconstruction qui bourre un maximum sur un programme à l'aveugle : parkings, commerce, hôtel, logements et bureaux.

«Nous avons compris et tiré les conséquences de la précédente commission de concertation», clame sur tous les toits Immobel. Sous-entendu : il n'y aura plus que les «Nimby» acharnés pour s'y opposer. L'art de se moquer du monde. Il suffit de voir les façades de l’hôtel et des logements qui s'entasseraient désormais sur les deux tiers de la rue Lebeau, et sur la place de la Justice pour reconnaître la patte très inspirée du bureau anglo-hollandais qui a ficelé le projet précédent.

La nouvelle demande de permis d’urbanisme d’Immobel prévoit toujours de démolir et de reconstruire sur beaucoup plus de niveaux les immeubles de la place de la Justice et de la rue Lebeau.

Ce nouveau projet développe une densité encore deux fois supérieure à celle du quartier et reste, comme le précédent, disproportionné et non respectueux du bâti existant.

voir illustrations

Le nouveau projet d’Immobel (février 2022), prévoit de démolir un ancien immeuble de la RTT (5 niveaux) et d’y reconstruire à la place une tour de 14 niveaux plus une aile de 11 niveaux en intérieur d’îlot pour un nouveau programme d’appart-hôtel de 150 studios.

Cette tour, hors d’échelle, n’apporterait aucune vie à la place de la Justice, qu’elle plongerait définitivement dans l’ombre.

Elle compromettrait à jamais la réalisation d’un cheminement séquentiel harmonieux entre la Grand-Place et le Grand Sablon.

Effet d’écrasement de la place de la Justice et de la rue Lebeau garanti!

En dérogation avec la réglementation et le bon goût le plus évident, le secrétaire d’État Pascal Smet semble tenir à son roof-top quitte à défigurer le quartier du Sablon et réitérer l’erreur de la tour Stevens, construite après démolition, il y a 60 ans, de l’ancienne Maison du Peuple (architecte Victor Horta).

Rue Lebeau

Sur près de 100 mètres le long du côté pair de la rue Lebeau, le nouveau projet d’Immobel (février 2022), prévoit de démolir un immeuble en parfait état de la RTT (1962-1964) et d’y reconstruire un nouveau complexe résidentiel sur 8 niveaux.

Les nouveaux immeubles de 8 niveaux qui seraient construits rue Lebeau écraseraient l’alignement des 18 maisons fin 19e, début 20e en vis-à-vis, toutes répertoriées au patrimoine de Bruxelles, et dont deux sont classées.

Un programme d’une triste médiocrité

Plus de 26.000 m2 (75% des surfaces) du nouveau projet d’Immobel sont réservées pour des bureaux et un appart-hôtel, alors qu’à l’évidence, Bruxelles est en suroffre de bureaux et qu’il y a pléthore de nouveaux projets hôtels.

Ce nouveau programme ne comprend que 65 nouveaux logements (soit moins de 20% de la surfaces totale!) et aucun équipement public, alors que les demandes de nouveaux logements et d’équipements sont bien connus dans le quartier

Dès à présent rejoignez-nous pour réclamer une approche respectueuse de l'existant, une rénovation intelligente, respectueuse de ces bâtiments, très bien construits et parfaitement réutilisables.

Aidez-nous à faire prévaloir des fonctions et réaffectations subtiles, en relation avec les besoins du quartier et de l'utilité publique dans le respect des caractéristiques du quartier du Sablon. Et dans le respect de l'écologie!

Plusieurs établissements d'enseignement et diverses fonctions utiles au quartier pourraient trouver place dans ces bâtiments aisément rénovable.

Un projet d'agrandissement de l'athénée Dachsbeck vient d'être soumis à l'enquête publique par la Ville. Il prétend installer au chausse-pied des classes, laboratoires et salles de sport sur un terrain rue de la Paille, beaucoup trop exigu, et fait fi de toutes les règles urbanistiques, au nom de l'utilité publique. La Ville elle-même enfreint ses propres réglementations ! Qui ne voit que tous ces nouveaux locaux pourraient à moindre prix trouver place en face, dans l'ancien hôtel des Télégraphes?

Oui, il faut que les politiques et les acteurs immobiliers s’entendent, mais pas de cette façon ! Repenser tout un îlot demande une approche subtile, du travail, des efforts, des négociations intelligentes, et pourquoi pas des échanges de terrain.

Un petit effort, Messieurs les Politiques, vous n'êtes pas là pour favoriser seulement les profits des gens entreprenants, mais aussi pour leur donner des règles et des limites, afin servir le bien public !

Nous avons été 5.000 à signer la première pétition.

Il nous faut une nouvelle foismarquer notre désapprobation!

Nous devons être bien plus nombreux encore à présent!

Pour nous soutenir et être informés, envoyez-nous votre adresse mail à sauve.lebeau.sablon@gmail.com

https://www.change.org/p/priez-de-signer-la-p%C3%A9tition/u/30444329

détails
Bruxelles autrefois

La promenade le long de la rivière bruxelloise continue...

LA SENNE A CIEL OUVERT

de la période française au voûtement (1795 - 1871)

Du 9 décembre au 29 janvier 2022

Les jeudis - vendredis - samedis : 14 à 18 heures

7 rue Charles Hanssens - 1000 Bruxelles (Sablon)

Sans réservation pour les visites individuelles

C’est aux alentours de la Senne, dans les quartiers où l’artisanat tributaire de l’eau s’était développé depuis le Moyen Âge, qu’a débuté la révolution industrielle à Bruxelles. L’étude de cette partie de la ville, de 1795 à 1871, démontre les conséquences très rapides des réformes qui furent imposées par la Révolution française. En quelques décennies,
quantité d’activités industrielles se sont installées dans le tissu urbain médiéval, qui s’est considérablement densifié, et qui a fini par imploser sous l’effet de la surpopulation et de l’insalubrité.

Pour la première fois, une étude minutieuse, maison par maison, met à profit les dossiers de rapports d’expropriation conservés aux Archives générales du Royaume. Elle permet de comprendre le processus de dégradation du tissu urbain et des conditions de vie qui a conduit à la décision d’entreprendre le voûtement complet de la rivière, suite à une vague d’épidémies meurtrières. On y observe la coexistence de modes de vie anciens et d’activités industrielles dans des quartiers de plus en plus densément habités où le débit de la rivière ne suffisait plus à garantir la salubrité.

Cette histoire de la Senne au 19esiècle constitue une suite à l’exposition consacrée à la rivière bruxelloise du Moyen Âge au 18esiècle, qu’elle vient enrichir par une abondante iconographie en partie inédite.
On y découvre l’allure de ces quartiers qui ont disparu, remplacés par les grands boulevards et la Bourse de Commerce dans le but de donner un nouveau visage à la capitale.

Cette exposition est liée aux 150 ans du voûtement de la Senne. D'autres expositions sont proposées par la Région Bruxelles-Capitale, les Musées de la Ville de Bruxelles, les Halles Saint-Géry. #150Senne

Bruxelles autrefois

L’Association du Patrimoine artistique vous invite dans son espace à poursuivre la promenade le long de la rivière bruxelloise. L’exposition La Senne à ciel ouvert du Moyen Age au XVIIIe siècle est prolongée ; elle change progressivement pour aboutir au deuxième volet.

Volet 2

LA SENNE A CIEL OUVERT

de la période française au voûtement (1795 - 1871)

Du 9 décembre au 29 janvier 2022

Les jeudis - vendredis - samedis : 14 à 18 heures

7 rue Charles Hanssens - 1000 Bruxelles (Sablon)

Catalogue en cours d'élaboration

Liste des images : J.-B. Van Moer, aquarelle © Musées de la Ville de Bruxelles - Maison du Roi./L. Ghémar,1867, photographie © KBR, Cabinet des Estampes./G.-P. Burggraaff, lithographie et aquarelle, vers 1820/1825© KBR, Cabinet des Estampes./J.-T. Kämpfe,juillet 1870,photographie © KBR, Cabinet des Estampes. /L. Ghémar,La Veuve Bruggemans à sa fenêtre, détail,1867 ©KBR, Cabinet des Estampes.

détails
Bruxelles autrefois

Volet 1

LA SENNE A CIEL OUVERT

du Moyen Age au 18e siècle

accompagnée d'un catalogue

Du 14 octobre au 27 novembre 2021

Les jeudis - vendredis - samedis : 14 à 18 heures

7 rue Charles Hanssens - 1000 Bruxelles

détails
Le Musée des Beaux-Arts de Tournai en péril

Respectons intégralement l'œuvre de Victor Horta. Le génie de cet architecte est incontestable, il échappe trop souvent à la compréhension des gens qui s'occupent de muséographie. Pour le Musée des Beaux-Arts de Tournai, toute percée dans le bâtiment est inacceptable.

merci de signer la pétittion

www.change.org/p/monsieur-paul-olivier-delannois-bourgmestre-de-tournai-contre-l-enlaidissement-du-musée-des-beaux-arts-de-tournai

Monsieur le Ministre-Président et Monsieur le Vice-Président du gouvernement wallon

Avec les inondations catastrophiques que viennent de connaître les villes de Wallonie, nous prenons conscience des travaux d'infrastructure qu'il va falloir réaliser, avec le concours de grands bureaux d'ingénieurs, afin que pareils événements ne se reproduisent plus. Cette prise de conscience nécessitera des choix budgétaires.

Dans ce contexte, il est une dépense dont la Région Wallonne pourrait salutairement faire l'économie : celle de l'adaptation du Musée des Beaux-Arts de Tournai à une vision moderne de la muséologie dite contemporaine.

détails
l'avenir du Sablon

Des nouvelles du Sablon

Comité Sauve Lebeau Sablon

COMMUNIQUE DE PRESSE Bruxelles le 28 janvier 2021

Demande de permis d’urbanisme de la société Immobel sur le bloc Belgacom au Sablon, rue Lebeau- rue de la Paille – rue de Ruysbroeck

Ce 27 janvier, la Commission de Concertation de la Ville de Bruxellesa invité Immobel à retirer sa demande et à introduire une nouvelle demande de permis d’urbanisme et d’environnement afin que la demande de permis d’urbanisme puisse être soumise à une étude d’incidences.

Le Comité de riverains Sauve Lebeau Sablon salue cette décision qui rencontre ses préoccupations.

  • Tous les riverains et associations présents lors de la réunion de la Commission avaient en effet unanimement demander le refus pur et simple de ce projet démesuré et déraisonnable. Aucune voix n’a été favorable au projet.
  • Le Comité avait encore reçu depuis le soutien de milliers de Bruxellois, de l’association Quartier des Arts, de la Fondation Frison-Horta, d’Europa Nostra Belgium ainsi que de nombreuses personnalités du monde culturel, comme Paul Dujardin (Bozar) et de Peter De Caluwe (La Monnaie.)

Immobel doit retourner à la case départ. C’est une bonne chose!

détails
Belgacom - projet Immobel

Dernières nouvelles du Sablon

voici le lien avec la présentation d'Alain de Coster qui a été présenté ce matin à la commission de concertation qui s'est déroulée ce mardi 19 janvier: https://bit.ly/lebeau-sablon-concertation

Nous étions une 40taine de participants. L'intervention d'Alain de Coster a fait son effet. A présent, nous attendons le résultat de cette commision qui devrait arriver dans une semaine.

et tout cela c'est grâce à votre soutien à vous tous...

SABLON immeubles Belgacom

détails