Association du patrimoine artistique asbl

ENTREZ DANS L'IMAGE

UN ANNIVERSAIRE

1979 - 2019 40 ans de l'association

*******

Notre exposition de la rentrée du 5 septembre au 26 octobre 2019

*******

ENTREZ DANS L’IMAGE

et découvrez

BRUXELLES AUTREFOIS

l’animation de ses rues, ses églises,

ses couvents disparus et leur mobilier

DES LIEUX POUR L’ART

Journées du Patrimoine 2019 : samedi 14 et dimanche 15 septembre 2019 de 10 à 18 heures avec ateliers ludiquespour enfants de 8 à 12 ans


Les églises étaient jusqu’à la fin du 18e siècle, les lieux où le public entrait en contact avec les œuvres d’art. Des anciens guides de Bruxelles reçensent et commentent les tableaux et sculptures que contenaient les églises et couvents, ainsi que les statues et fontaines de la ville.


En septembre 2019 s’ouvrira à l’Association une exposition consacrée à certains de ces édifices, à présent disparus. Des reproductions agrandies d’œuvres d’art - gravures, dessins, sculptures et peintures aujourd’hui conservées dans les plus grands musées européens - révéleront aux visiteurs la richesse de ce patrimoine qui avait une fonction culturelle en même temps qu’une fonction de lieu de culte. L’exploitation des documents anciens avec les technologies actuelles, apportent de nouvelles informations qui permettent d’évoquer l’aspect de Bruxelles aux 16e et 17e siècles : une ville où les œuvres d’art avaient aussi leur place, tant sur les façades ornées que dans les espaces publiques ponctués de fontaines.
En complément des tirages agrandis, des originaux anciens de très petits formats mettront en évidence l’extraordinaire minutie des graveurs.

PASTELS

Jacqueline de Dorlodot

À propos de l'infini

Vernissage jeudi 2 mai à partir de 18 heures

à l'Association du Patrimoine artistique - 7 rue Charles Hanssens, 1000 Bruxelles - ouvert jeudi, vendredi, samedi de 14 à 18 h. - En présence de l’artiste tous les samedis - J. de Dorlodot+ 32 (0)498 19 60 69 + 32 (0)106 80 68

Jacqueline de Dorlodot, la rêveuse d’Ostende

À propos de l'infini

Homme libre toujours tu chériras la mer Baudelaire

Qui n'a ressenti, parfois, le sentiment de distanciation et de liberté que produit le spectacle de la mer et de son immensité ? Cette impression, fugace, nous libère un instant des soucis et des pesanteurs du quotidien. Elle survient lorsque nous effleure la pensée de l'infini, face auquel nous sommes si peu. Elle nous élève brièvement au-dessus de la mêlée des hommes et surtout, au-dessus de nous-mêmes.

Et pourtant, nous voici le plus souvent distraits devant la mer, submergés de sensations, fouettés par l'air vif,pris par l'agitation qui règne à ses abords et par la joie enfantine de ceux qui nous accompagnent. La philosophie s'accommode mal du bruit et de la vie ordinaire. Peut-être faut-il y revenir la nuit, et être seul face à elle, dans le silence? D'autant que le ciel étoilé en augmente le mystère.

Jacqueline de Dorlodot évoque cette sensation d'absolu qui peut nous prendre parfois. Elle ne peint pas la vraie mer, avec ses vagues, ses baigneurs, ses bateaux qui passent, ou ses drapeaux au loin, mais suggère plutôt le signe de la mer, et de cette immensité à la fois insondable et apaisante qui se confond avec celle du ciel. Elle suggère des effets de lumière et d'horizon lointain, dans des paysages sans localisation précise.

Cette stylisation, qui mène droit au but, fait de ses tableaux des petits objets de méditation qui nous conduisent à l'abstraction à partir d'un motif, celui d'un paysage imaginaire ne se référant à rien d'autre qu'à nous-mêmes et notre besoin d'absolu, souvent passager. Un paysage intérieur.

Du 15e au 17e siècle, ce genre de petits tableaux de méditation ont existé aussi. Ils utilisaient d'autres motifs: un visage rayonnant et pur d'un saint, ou le souvenir des souffrances endurées par le Christ. Nous accédons aujourd'hui à l'absolu par d'autres voies…

Pierre Loze

Œuvres sur papier de 1880-1910

La naissance de l'idée, les décennies de l'innovation

Exposition du jeudi 21 février au samedi 30 mars 2019

jeudi-vendredi-samedi de 14 à 18 heures

Association du Patrimoine artistique - 7 rue Charles Hanssens - 1000 Bruxelles -info@associationdupatrimoineartistique - commissaire : Constantin Ekonomides

Avec le soutien de PROPA affichage culturel et de EECKMAN Art et Insurance

http://mu-inthecity.com/2019/02/la-naissance-de-lidee-apa/​

http://www.boombartstic.be/agenda-boombartstic-25-fevrier-03-mars-2019/ (voir NOW agenda 25/2 au 3/3)

À partir du moment où, vers le milieu du XIXe siècle, des artistes ont commencé à tourner le dos aux conventions de l'art académique, à sa technique, à ses sujets, s'est ouvert un très vaste champ d'expérimentations artistiques. Les sujets convenus, historiques, mythologiques ou de genre, ont reculé devant l'observation de la nature, mais aussi devant un intérêt pour tous les aspects de la vie et de la société ou de la psychologie humaine. En peinture, cet élargissement des sujets et des intentions expressives a été évidemment porté par celle de la technique picturale. Mais la peinture est presque toujours précédée de nombreux dessins qui anticipent sa recherche, expérimentent et tentent déjà de fixer l'idée nouvelle, et l'effet inédit recherché. C'est déjà une œuvre à part entière. Aussi sommes nous amenés à regarder les dessins de la seconde moitié du XIXe siècle avec une tout autre attention pour y déceler les intentions qui y sont en germe. Le dessin suggère déjà la lumière, devenue une préoccupation première, il évoque, avec autant si pas plus d'acuité, l'instant recherché qui sera chez les uns l'instantané, et chez les autres l'instant qui dure et se prolonge en une rêverie infinie. Le vaste spectre qui s'ouvre dans les préoccupations va du réalismeau luminisme, de l'impressionnisme au symbolisme. Et le dessin est parfois un moyen plus délicat et plus léger pour suggérer des instantanés lumineux, des éblouissements ou des visions, ou encore des rêveries et des fantasmes, que la mise au net en peinture alourdit parfois.

détails
LE JARDIN SAUVAGE

Une exposition et un livre

encres de Chine de Paul de Gobert - texte de Pierre Loze

Prisme Editions

Exposition du 15 novembre au 8 décembre

à l' Association du Patrimoine artistique, 7 rue Charles Hanssens,1000 Bruxelles

OUVERT jeudi, vendredi et samedi de 14 à 18H

Le jardin actuel, sorte de salon de verdure, avec ses parterres et massifs suggérant des meubles, son gazon s’étendant comme un tapis, ses allées de gravier entretenue au roundup est-il toujours de mise au moment où nous découvrons que la biodiversité est menacée? L’écrivain Pierre Loze et le peintre Paul De Gobert se sont unis pour évoquer LeJardin Sauvage,refuge des oiseaux et des abeilles. Une exposition de dessins accompagnée d’un livre, qui voudraient nous ouvrir les yeux sur la beauté et la diversité de la nature et qui se penche sur l’étrange relation que nous avons à présent avec elle, au risque de mettre ses équilibres en péril. Le Jardin sauvage est aussi celui que nous avons en nous depuis l’enfance, la source de notre désir de liberté et de créativité, et le rappel de notre encrage dans l’univers et de notre conscience d’y appartenir. Paul De Gobert dans sesdessins à l’encre de Chine et à l’eau suit la voie des anciens mais avec une écriture étonnamment actuelle, que nous ne pourrions déchiffrer sans avoir vu Cy Twombly ou le dessin japonais, ou sans avoir compris les significations de l’Abstraction. L’écriture de Pierre Loze est elle aussi celle des classiques, elle utilise un langage simple, avec la volonté de créer une fable aussi douce à lire que lesLettres de mon moulin.

un aperçu :

https://www.prisme-editions.be/sendy/l/ir1REM91lf05ck4pvwEHcw/gXXP7qWUWmVKS75ACiuIIQ/111be2my8Tgtu0QA892mRhPQ

détails
BRUXELLES

À LA FIN DE L'ANCIEN RÉGIME

Des Grandes Demeures ... aux impasses

Bruxelles a connu depuis des siècles de nombreux bouleversements qui ont fait disparaître les derniers vestiges de la ville d’autrefois. L’Association du Patrimoine artistique s'est mise en tête de nous faireredécouvrir la ville ancienne.À partir de plans mis à grande échelle, on peut aisément localiser les rues, ruelles et impasses, marchés et fontaines ainsi que les bâtiments civils et religieux de la ville. Près d'une centaine de gravures, dessins et photographies accompagnent cette rencontre avec le Bruxelles disparu.

Avec l’aimable collaboration de Monsieur Claude Van Loock et du Cercle d’Histoire de Bruxelles. En partenariat avec le CIDEP et le Musée de la Médecine.

Exposition du jeudi 6 septembre au samedi 27 octobre 2018

jeudi-vendredi-samedi de 14 à 18 heures

à l'Association du Patrimoine artistique

7 rue Charles Hanssens, 1000 Bruxelles

détails
Guy Remy Vandenbulcke
association du patrimoine artistique

PEINTURES 2008-2018

Vernissage jeudi 19 avril de 18 à 21h.

Exposition du vendredi 20 avril au 5 mai 2108

ouvert jeudi-vendredi-samedi de 14 à 18h.

détails
Les XX et La Libre Esthétique

impressionnisme - luminisme - fauvisme

Exposition du jeudi 15 février au samedi 31 mars 2018

Association du patrimoine artistique

7 rue Charles Hanssens à 1000 Bruxelles

jeudi, vendredi et samedi de 14 à 18 heures

Une œuvre d’art vaut pour ce qu’elle est et dit, et non pour ce qu’elle annonce.

détails
LUCIEN STASSEN

PEINTURES

exposition du 19 janvier au 4 février 2018

Association du Patrimoine artistique

7 rue Charles Hanssens à 1000 Bruxelles

jeudi, vendredi, samedi et dimanche de 14 à 18 heures

vernissage jeudi 18 janvier de 6 à 9 heures

détails
RAINER TAPPESER

Berliner Jahre - Années berlinoises 1969-1973

Grisebach à Berlin du 27 septembre au 4 novembre 2017

https://www.grisebach.com/tappeser/

Grisebach à Düsseldorf du 7 décembre 2017 au 2 février 2018

Exposition à Bruxelles du 24 novembre au 17 décembre 2017

Association du Patrimoine artistique rue Charles Hanssens 7 à 1000 Bruxelles. Jours et heures d'ouverture : jeudis, vendredis, samedis et exceptionnellement tous les dimanches de 14-18h.

Vernissage jeudi 23 novembre 18-21h.

Rainer Tappeser Berliner Jahre / Années berlinoises 1969-1973 Catalogue édité par Grisebach © 2017 Deutscher Kunstverlag Gmbk Berlin München. Avec les textes de Florian Illies et Sabine Schaschl (en all et fr). Dépliant inséré : texte de Pierre Loze (en all et fr).

détails
Bruxelles, demeures nobiliaires disparues / Cantagallina, voyageur italien

association du patrimoine artistique, 7 rue Charles Hanssens, 1000 Bruxelles, mercredi-vendredi et samedi de 14 à 18H .

PROLONGATION jusqu'au 21 octobre

Pour les journées du partrimoine ouverture le samedi 16 et le dimanche 17 de 10 à 18 heures.

En 1971, était publiée sous la direction de l'archiviste en chef de la ville de Bruxelles, Mme Mina Martens, une réédition illustrée de la monumentale Histoire de Bruxelles de Henne et Wauters de 1840. Cette réédition, accompagnée de nombreux documents d'archives, dessins, gravures, plans et photographies anciennes, était malheureusement remplie d'imprécisions et d'erreurs (légendes inexistantes, clichés à l'envers, localisations fausses, etc.) qui ont durablement égaré les recherches et jeté dans un flou, qui n'est toujours pas dissipé, sur la connaissance de Bruxelles aux 15e, 16e et 17e siècles.

Avec cette exposition, nous voudrions contribuer à combler le retard considérable qu'accuse aujourd'hui la connaissance du foncier bruxellois de l'ancien régime et relancer les recherches iconographiques qui permettront de mieux appréhender l'état de la ville avant les grandes perturbations urbanistiques apportées par le 19e siècle. Notre but est d'y intéresser une nouvelle génération de chercheurs et de les attirer vers ces sujets.

détails