Association du patrimoine artistique asbl

Le Musée des Beaux-Arts de Tournai en péril

Respectons intégralement l'œuvre de Victor Horta Le génie de cet architecte est incontestable, il échappe trop souvent à la compréhension des gens qui s'occupent de muséographie. Pour le Musée des Beaux-Arts de Tournai, toute percée dans le bâtiment est inacceptable.

merci de signer la pétittion

www.change.org/p/monsieur-paul-olivier-delannois-bourgmestre-de-tournai-contre-l-enlaidissement-du-musée-des-beaux-arts-de-tournai

Monsieur le Ministre-Président et Monsieur le Vice-Président du gouvernement wallon

Avec les inondations catastrophiques que viennent de connaître les villes de Wallonie, nous prenons conscience des travaux d'infrastructure qu'il va falloir réaliser, avec le concours de grands bureaux d'ingénieurs, afin que pareils événements ne se reproduisent plus. Cette prise de conscience nécessitera des choix budgétaires.

Dans ce contexte, il est une dépense dont la Région Wallonne pourrait salutairement faire l'économie : celle de l'adaptation du Musée des Beaux-Arts de Tournai à une vision moderne de la muséologie dite contemporaine.

Le Musée de Tournai a été créé, comme vous le savez certainement, autour d'une collection privée offerte à la ville, tournant autour de la période dite des Impressionnistes. Depuis une quinzaine d'années ,notre Association réalise dans ses locaux des expositions vouées à cette période de l'art qui fut très féconde en Belgique dans tous les domaines y compris l'architecture. Nous réalisons ces expositions avec de très petits budgets, mais avec un travail très intense d'exploration des ressources des collections privées. Résultat : depuis quinze ans des expositions d'une quarantaine de tableaux qui, chaque année, attirent des centaines de visiteurs et débouchent sur des publications qui actualisent la connaissance des peintres de cette époque.

Nous nous demandons vraiment pourquoi il serait nécessaire de défigurer un des plus beaux musées du pays par des transformations, qui mettront en évidence le talent d'une équipe d'architectes contemporains, au détriment d'un architecte qui s'avère un des rares génies dans ce domaine : Victor Horta.

L'ensommeillement qui a gagné le musée de Tournai, depuis des décennies, n'est dû qu'à la paresse et l'esprit de routine qui a gagné ceux qui en ont eu la charge. Nous sommes prêts à enseigner aux conservateurs qui portent ce projet les méthodes pour réaliser chaque année des expositions sur les innombrables peintres de cette période, qui animeront le musée de Tournai. Notre association comporte 3.000 membres qui soutiennent notre activité et suivent régulièrement nos expositions.

L'éclairage naturel conçu par Victor Horta dans ce musée, dont l'organisation intérieure permet la confrontation des œuvres, crée des conditions parfaites d'exposition. Transformer cet espace en cafétaria, bouquinerie et espace d'accueil est une sottise pure et simple. Privilégier des conditions d'expositions pharmaceutiques dans un nouveau bâtiment sous des éclairages artificiels de foire d'art est une erreur. Il n'est donc pas nécessaire de construire de nouvelles salles pour les collections existantes. Les œuvres de cette époque doivent être regardées dans les conditions qui étaient les leurs à la fin du 19e siècle et au début du 20e siècle, et Victor Horta les a parfaitement réunies.

Si les architectes d'aujourd'hui et les conservateurs actuels souhaitent orienter aussi leurs activités vers l'art contemporain et mieux assurer leur tâches de conservation, ce qui est louable, il est toujours possible de bâtir non loin du bâtiment actuel un autre édifice qui montrera le talent des uns et l'esprit d'innovation des autres, et qui contiendrait des réserves plus sécurisées que celles qui existent aujourd'hui.

Il me semble évident que l'art contemporain appelle des conditions d'exposition spécifiques, mais les mettre à la remorque d'un musée de conception traditionnelle signifiera du coup l'altération d'un chef-d'œuvre et l'empêchement pour les architectes d'en réaliser un autre.

La décision de séparer clairement deux édifices et deux institutions ou simplement - dans les circonstances budgétaires actuelles -, se contenter de maintenir dans un parfait état de conservation, d'entretien et de fonctionnement le bâtiment existant, ferait, Monsieur le Ministre, honneur à votre bon sens et à votre réputation.

Je suis assez âgé pour avoir vécu et entendu les discours aux divers moments où l'œuvre de Horta fut contestée, relativisée et mutilée, et pour avoir entendu des architectes, fiers de leur diplôme et de leurs compétences acquises, se sentant pleinement autorisés à proclamer la nécessaire adaptation des bâtiments de leur confrère Horta, voir leurs caractères "dépassés". Il est bien difficile pour tout homme de reconnaître le génie et l'insupportable supériorité de leurs confrères, dans quelque domaine que ce soit. Il a fallu coûteusement restaurer les parties du Palais des Beaux-Arts de Bruxelles qui avaient été mutilées. L'étude de l'œuvre de Horta m'a convaincu de la nature de ce que l'on appelle le génie et de l'intangibilité absolue des œuvres de Horta. Pas plus qu'on ne concevrait d'ajouter un ascenseur pour handicapés à l'escalier de la Bibliothèque Laurencienne de Florence, ou des éclairages Led à la coupole de l'église de Turin de Guarino Guarini, il n'est pas concevable de mutiler ou transformer les bâtiments de Victor Horta qui nous sont parvenus. On ne rencontre qu'un ou deux génies de ce format par siècle. C'est certes difficile à accepter, voire même à comprendre, pour ceux qui n'ont pas encore fait la preuve de ces compétences et veulent eux aussi, à leur tour, faire œuvre. Qu'il la fasse, certes, mais sans effacer ou mutiler irréparablement des réalisations qui sont et doivent rester une leçon de rigueur et d'intelligence technique et artistique, pour les générations futures. Il est en votre pouvoir d'empêcher, Monsieur le Ministre-Président, pareil aveuglement, et peut-être même, au bénéfice des villes wallonnes.

Pierre Loze

Directeur scientifique à L’association du Patrimoine Artistique

www.associationdupatrimoineartistique.be

LA TABLE RONDE DE L'ARCHITECTURE ASBLa lancé cette pétition adressée àMonsieur Paul-Olivier DELANNOIS (bourgmestre de Tournai)et à2 autres

Chaque nuit nous craignons de tomber endormis car, au matin, la Belgique compte une balafre de plus.

C’est aujourd’hui lemagnifique et robusteMusée des Beaux-Arts de Tournai, édifice néo-classique construit par Victor HORTA entre 1922-1928, qui risque d’être défiguré par une intervention architecturale brutale et irréfléchie.

L’oeuvre de l’architecte belge Victor Horta est en mauvais état : il convient de la restaurer. La tâche est confiée aux bons soins dubureau Xavier de Geyter Architectes(XDGA). Mais en plus de la restauration, XDGA se voit confierun projet d’extension du muséedestiné à en doubler la superficie. Comble de l’absurde: les architectes proposent de priver le bâtiment d’origine de sa fonction muséale – alors que son plan panoptique et ses larges ouvertures sont spécialement conçus pour garantir la sécurité et la visibilité des œuvres d’art – et le transformer en cafeteria. Les œuvres du musée seront transférées dans une annexe qui est un vague espace sans caractère cernant l’édifice d’origine de sorte à le fondre complètement dans un espace architectural inconsistant et le soustraire à toute perspective depuis l’extérieur, ce qui est pourtant indispensable pour apprécier son ingéniosité.

Sans surprise, l’annexe imaginée par XDGA est résolument moderniste-mondialisée: faite d’acier, de verre et de béton, elle frappe par son inhospitalité, sa monotonie et son cruel manque d’empathie envers les œuvres exposées. Elle sera flanquée d’une tour parrallélipédique recouverte, semble-t-il d’après les esquisses des architectes, d’un voile métallique grisâtre de sinistre aspect.

En plus, le projet suppose de détruire les bâtiments situés au sud-ouest de l’actuel musée et de les reconstruire, ce qui représente une opération coûteuse et peu écologique.

Enfin, conformément à la mode ambiante, les murs du musée d’Horta seront recouverts de blanc, hérésie pour le maître architecte qui souhaitait tout spécialement veillé à créer «une opposition ou une étroite intimité entre la couleur des murs et celle des tableaux.» (Victor Horta, Mémoires). Cela mérite d’être mentionné même si, de tous les maux infligés au Musée des Beaux-Arts de Tournai, c’est bien le moindre!

Soyons clairs: entretenir le patrimoine est essentiel. Par contre, profiter de cette occasion pour en altérer l’architecture et construire des extensions sans goût et sans respect du lieu où elles s’imposent nous semble fautif. Une fois encore, c’est un camouflet infligé à l’art, à l’architecture et à la culture historique en Belgique.

C’est pourquoi nous lançons un appel pour faire entendre la voix des habitants de Tournai et de tous les Belges qui s’insurgent contre l’enlaidissement à bas bruit du Musée des Beaux-Arts de Tournai.

Par la présente,nous demandons instamment à MonsieurPaul-Olivier DELANNOIS, bourgmestre de Tournai et à Madame ValérieDE BUE, Ministre de la Fonction publique, du Tourisme, du Patrimoine et de la Sécurité routière, d’entendre les revendications suivantes:

  1. Restaurerle Musée des Beaux-Arts de Tournaisans défigurerson architecture par des interventions intérieures et extérieures dégradantes et inappropriées,
  2. Restaurerle Musée des Beaux-Arts de Tournai dans les règles de l’artenrespectant le plus possible l’usage des pièces du musée, les matériaux, les techniques de construction, le mobilier et les couleurs choisis par Victor Horta,
  3. Préserver le peu de nature qui reste en ville en entretenant les espaces verts autour du musée afin de les rendre accessibles au public à des fins de flânerie,
  4. Privilégier les innombrables sites patrimoniaux désaffectés de la ville de Tournaipour accueillir une partie de la collection, en leur donnant ainsi une seconde vie au lieu de construire une nouvelle extension. Cela permettrait aussi d’offrir une nouvelle activité culturelle aux habitants d’un autre quartier de Tournai au lieu de concentrer la fonction culturelle,
  5. Si pour un motif impérieux une extension du Musée des Beaux-Arts de Tournai s’avérait indispensable, faire en sorte queson architecturene diffère pas de l’édifice d’origine, que sa hauteur ne dépasse pas celle du musée et que les perspectives sur la cour d’honneur de l’Hôtel de Ville ne soient pas mises en péril.

Embellissons Tournai et protégeons la ville de l’architecture mondialisée: pour une architecture démocratique, durable et d’inspiration locale !

Auteurs de la pétition

La Table Ronde de l’Architecture asbl

Le réseau Archeologia.be

Le Communauté Historia asbl