Association du patrimoine artistique asbl

l'avenir du Sablon

Des nouvelles du Sablon

Comité Sauve Lebeau Sablon

COMMUNIQUE DE PRESSE Bruxelles le 28 janvier 2021

Demande de permis d’urbanisme de la société Immobel sur le bloc Belgacom au Sablon, rue Lebeau- rue de la Paille – rue de Ruysbroeck

Ce 27 janvier, la Commission de Concertation de la Ville de Bruxellesa invité Immobel à retirer sa demande et à introduire une nouvelle demande de permis d’urbanisme et d’environnement afin que la demande de permis d’urbanisme puisse être soumise à une étude d’incidences.

Le Comité de riverains Sauve Lebeau Sablon salue cette décision qui rencontre ses préoccupations.

  • Tous les riverains et associations présents lors de la réunion de la Commission avaient en effet unanimement demander le refus pur et simple de ce projet démesuré et déraisonnable. Aucune voix n’a été favorable au projet.
  • Le Comité avait encore reçu depuis le soutien de milliers de Bruxellois, de l’association Quartier des Arts, de la Fondation Frison-Horta, d’Europa Nostra Belgium ainsi que de nombreuses personnalités du monde culturel, comme Paul Dujardin (Bozar) et de Peter De Caluwe (La Monnaie.)

Immobel doit retourner à la case départ. C’est une bonne chose!

La position des riverains se veut aujourd’hui constructive,

L’Association Sauve Lebeau Sablon propose aujourd’hui quatre principes pour aller de l’avant:

  1. LA RÉALISATION D’UNE ÉTUDE D'INCIDENCE IMPARTIALEEST IMPERATIVE.

(conformément à l’arrêté de la COUR CONSTITUTIONNELLE)

La Cour Constitutionnelle, par son arrêt du 21 janvier 21, a reconnu la nécessité d’uneÉTUDE d’incidence indépendanteet impartialepour apprécier l’impact du projet Immobel.

Nous avions, depuis des mois, dénoncé les perspectives trompeusesd’Immobel et ses tentatives délibérées, à travers un rapport d’incidence qu’elle avait instrumenté, de cacher la taille démesurée de son projet et à en minimiser l’impact sur le quartier.

Une étude d’incidence indépendante et impartiale, sont les instruments indispensables pour redévelopper harmonieusement un îlot de cette taille, situé en zone d’intérêt culturel, historique, esthétique et d’embellissement.

Nous sommes certains qu’une étude d’incidence indépendante et impartiale

confirmera ce que sur quoi nous nous battons depuis des mois, à savoir :

- 1.l’ineptie d’un parking de 385 places à cet emplacement

- 2.que le gabarit du projet Immobel est deux foistrop grand

- 3. que les hauteurs d’Immobel plongeraient dans l’ombreles immeubles de la rue Lebeau

- 4. que les tours de 50 mètres de haut abîmeraient le paysage urbain

- 5. qu’il y a moyen de rénover d'avantage d’immeubleset de moins en démolir

- 6. que le chantier de démolition/reconstruction promu par Immobel créerait des nuisances inacceptables dans les petites rues du quartier, bordées d’immeubles historiques fragiles.

La conclusion de cette étude d’incidence impartiale est prévisible:il faut réduire considérablement l’ampleur du projet, et abandonner l’idée de l’option de démolition/reconstruction totale.

Repartir d’une page blanche.

2. UN AUTRE BOUWMESTER MAîTRE ARCHITECTE

Les habitants et commerçants du Sablon, réunis au sein du Comité Sauve Lebeau Sablon, demandent aussi au Bouwmester Maître Architecte (BMA) de reconsidérer son soutien à ce projet.

  1. Le BMA a démontré en fixant la densité de ce projet, lors de l’organisation d’un concours d’architecture avec un P/S de 6!,qu’il n’avait rien compris à l’échelle, à la typologie urbaine et au charme du quartier du Sablon
  2. LeComité Sauve Lebeau Sablondemande au BMA de ne plus être complice d’Immobel,dans sa tentative d’écrasement du quartier, mais plutôt de l’encourager à proposer un nouveau projetavec une densité beaucoup moins invasive.

  1. QUEL NOUVEAU PROJET?

Attendu que le projet actuel d’Immobel doit être complètement revu, le Comité Lebeau Sablon

propose qu’un dialogue constructif soit mis en place entre Immobel et les riverains pour mettre au point un nouveau projet.

Voici quelques pistes pour fonder ce dialogue:

L'association Sauve Lebeau Sablon, ainsi que l'association du Patrimoine artistique, tiennent à préciser que leur opposition au projet actuel ne procède pas d'un refus systématique de toute forme d'architecture actuelle.

C'est la densité excessive de ce projet qui a prioritairement motivé notre refus (P/S de 6)

Nous appelons de tous nos vœux un projet de taille raisonnable et une rénovation par phases successives de ce vaste complexe.

Les bâtiments existants ayant déjà dépassé la taille maximum possible pour ce quartier, et leur démolition impliquant de ré-envisager à la baisse la hauteur actuelle, la conservation et l'adaptation des bâtiments existants à de nouvelles fonctions semblent la solution la plus juste.

D'un point de vue écologique, la démolition d'un ensemble de bâtiments bien construits et encore en parfait état est un non-sens, et les perturbations qui résulteraient de cette démolition et du creusement de nouvelles fondations semblent inenvisageables.

Sans être un chef d’œuvre, ce complexe de bâtiment présente des qualités qui peuvent être améliorées (travail sur les ouvertures, sur les châssis, apport d'ouvertures plus larges et de nouvelles entrées, etc.) tout en conservant sa façade de pierre, et sa courbure générale ainsi que l'essentiel des structures.

Il est clair qu'une partie des bâtiments se trouvant en intérieur d'îlot doivent être démolis, pour libérer l'espace et recréer un jardin en pleine terre et de la lumière dans les espaces occupés.

Un des avantages de la conservation des bâtiments existants réside dans le fait que les démolitions et la logistique d'un chantier de reconstruction-réaménagement peut être mené à partir de la grande cour intérieure.

Ainsi conçu un chantier par phases - comportant certes des démolitions, mais limitées -serait à l'abri dans l'enceinte du bâtiment lui-même et dès lors beaucoup moins perturbant pour le quartier, en regard de la démolition complète envisagée par Immobel qui en outre aurait entraîné l'occupation des rues avoisinantes par toute la logistique de chantier.

Ce sont donc les arguments écologiques, environnementaux et logistiques qui plaident d'abord pour la conservation et l'adaptation des bâtiments existants. Les arguments patrimoniaux avancés par les défenseurs de la conservation des bâtiments d'esprit à la fois moderniste et classique, conçus dans les années 50viennent en second rang. Il ne sont pas infondés si l'on se souvient qu'une grande partie des bâtiments avoisinants ont été créés dans le même esprit, et si l'on souscrit au principe de la possibilité de les adapter. La décision de la Commission Royale des Monuments et Sites de ne pas les classer, mais de préconiser leur conservation, va dans ce sens.

La création architecturale est aujourd'hui confrontée à une pléthore de gestes originaux, qui font de la ville un zoo architectural où la girafe, le zèbre et le pangolin avoisinent. Les plus intéressantes réalisations révélées par les revues d'architecture nous montrent pourtant que le talent se révèle surtout, ces dernières années, dans l'art de s'adapter à l'existant, de retravailler des bâtiments et d'y intégrer avec justesse de nouvelles fonctions.

Une programmation attentive aux besoins réels est aussi un atout pour la création architecturale. Immobel nous proposait une offre aveugle de quantité de magasins, appartements, studios, parkings et un hôtel de plus.À ce programme sommaire et dénué de toute invention, il faut substituer une véritable étude des besoins du quartier et une programmation construite avec des partenariats, avec des acteurs économiques qui anticipent et préparent leur installation dans ce quartier, mais aussi avec les institutions d'enseignement et les organismes publics qui ont également leur rôle à jouer dans un quartier. Les nouveaux habitants ne seront désireux de venir habiter en centre-ville qu'à condition que l'offre d'équipements et la qualité de vie y soient équivalente à celles qu'on trouve dans de communes périphériques.

La première opération devrait consister à déshabiller les structures des espaces existants des faux plafonds ou cloisons légères qui y ont été construits au fil du temps, afin de restituer la spatialité et la luminosité initiales des hautes salles et de permettre ainsi aux architectes une bonne perception du potentiel des bâtiments existants. Cette opération pourrait se faire sans délais et permettrait de démarrer les études architecturales dans de bonnes conditions.

D'un point de vue urbanistique, la réouverture de la rue de Ruysboeck est un atout fondamental pour recréer une circulation et une bonne luminosité aux alentours des bâtiments. Il importe donc d'anticiper et de négocier dès à présent avec l'opérateur téléphonique le déplacement de ses infrastructures qui tôt ou tard devront être renouvelées et déplacées.

4. PROPOSITION D’OCCUPATION DU SITE DANS LES DEUX PROCHAINES ANNÉES

Deux ans seront sans doute nécessaires, pour élaborer un nouveau projet et réaliser une étude d’incidence indépendante, impartiale et complète.

Dans l’espoir de pouvoir commencer rapidement ses travaux, Immobel n’a pas renouvelé les baux commerciaux des commerçants qui occupaient les lieux, notamment Taschen.

De nombreux autres commerçants situés de l’autre côté de la rue Lebeau, ont aussi préféré fermer leur boutique dans l’appréhension de 4 années du chantier titanesque d’Immobel.

La perspective du projet Immobel a anéanti l’activité commerciale des deux côtés de la rue Lebeau.

Puisque les bâtiments de Belgacom sont vides, puisque la rue Lebeau et la rue de la Paille souffrent depuis plus de deux ans de cette situation, puisque le chantier ne débutera pas dans un avenir proche, pourquoi ne pas faire revivre ces bâtiments de manière temporaire?

Puisque Bruxelles n’a pas de musée d’art contemporain belge et puisque Kanaal est en chantier, laissons les artistes occuper les lieux. Pour commencer l’angle ex-Taschen, mais aussi ses boutiques voisines de la rue Lebeau et la rue de la Paille qui pourraient être occupées très facilement.

De même, tous les rez-de-chaussée commerciaux inoccupés de la rue Lebeau, faisant face aux bâtiments Belgacom, tant qu’ils n’auront pas trouver de repreneurs, pourraient aussi être proposés aux artistes contemporains. Ceux-ci, en exposant leurs œuvrespourraientanimer ces lieux qui reprendraient vie et susciteraient la curiosité des promeneurs.

Avec la situation sanitaire que nous vivons, occuper ces vitrines serait une alternative intéressante. De la réussite de cette entreprise pourrait peut-être découler le nouvel avenir de tout cet îlot et même inspirer l’actuel propriétaire à intégrer un volet artistique dans son nouveau programme.

Le quartier s’y prête!

Pour le comité de quartierSauve Lebeau Sablon.

CONTACTS

Chris Bosma0484 69 06 70

Dominique Vautier 0484 65 57 79

Contact:sauve.lebeau.sablon@gmail.com

Site Facebook: Sauve Lebeau Sablon

Pétitionsur Change.org: Sauve Lebeau Sablon

Grâce à votre soutien, nous avons pu faire appel à un avocat conseil en matière de législation urbanistique ainsi qu’à plusieurs experts indépendants.

En cliquant sur le lien, vous pourrez lire la présentationQuel avenir pour le quartier du Sablon du Comité Sauve Lebeau Sablon illustrée d’images de synthèse d’une maquette virtuelle d’implantation du projet et de vues en situation projetées réalisées par un bureau d’architecture indépendant https://bit.ly/quel-avenir-pour-le-Sablon

Le rapport de notre expert https://bit.ly/rapport-expert-ADC

La lettre de réclamation dans le cadre de l’enquête

publique https://bit.ly/enquete-publique-sablon

Vous pourrez lire également :

l’avis de la Commission Royale des Monuments et Sites http://www.crms.irisnet.be/fr/avis-de-la-crms/2020/seance-665-du-02-12-2020/BXL21723_665_PU_Lebeau_Justice_Ruysbroeck_Paille.pdf

l’avis du Quartier des Arts https://mailchi.mp/9a39e6630c97/newsletter-quartier-des-arts-4020408?e=9dfcfde5b9

l’avis de l’ARAU https://www.arau.org/projet-lebeau-sablon-la-destruction-de-la-ville-par-la-voiture-doit-cesser/

Force est de constater que plusieurs associations bruxelloises se rejoignent sur de nombreuses critiques à ce projet:

- La nécessité d’un projet exemplaire sur ce site à la croisée des chemins de la ville entre la Grand-Place, le Sablon et le Mont des Arts.

- le constat que le projet d’Immobel, dans son état actuel, est trop invasif et développe des densités, gabarits et des hauteurs beaucoup trop importants.

- le constat qu’un projet de rénovation plutôt que de démolition/reconstruction serait bien plus indiqué (respect du patrimoine existant et réduction du coût écologique).

- la nécessité de limiter fortement l’ampleur du projet et dès lors les nuisances au quartier.

- la nécessité de réduire fortement la taille du parking.

Le projet d’Immobel ne peut être ni accepté ni amélioré en l’état.Il est nécessaire que s’instaure enfin un dialogue ouvert avec tous les acteurs concernés afin d’élaborer avec les habitants un nouveau projet qui soit plus respectueux du quartier.

Etape suivante: en raison de la pandémie covid-19, la réunion de la commission de concertation à la ville de Bruxelles a été reportée au début de l’année 2021.

Comment nous aider dans ce combat?

  • Merci de diffuser ce mail avec les annexes ci-jointes à vos amis bruxellois (Région/Ville).
  • Merci d’inviter vos amis bruxellois à signer la pétition sur change.org

https://www.change.org/p/sauve-lebeau-sablon-gmail-com-bruxelles-le-quartier-du-sablon-a-besoin-de-vous.

  • Merci de nous soutenir avec unepetite contribution pour mener ce combat

compte ING au nom de Sauve Lebeau Sablon n° BE91 3632 0619 6576

Restez informé sur facebook :https://www.facebook.com/sauve.lebeausablon.7/

Nous vous prions d'agréer, Mesdames, Messieurs, chers Amis, l'expression de nos sentiments distingués. Nous vous transmettons aussi nos meilleurs vœux pour 2021.

Le Comité Sauve Lebeau Sablon

Chris Bosma (Résident),Dominique Vautier (Association Patrimoine Artistique)

Et Jean-Pierre Alaerts (Galerie Jean-Pierre Alaerts), Baudry C. Boisseau (Résident), Marc-Henri Jaspar-Costermans et famille (Costermans Antiques), Pierre De Cuyper (Résident), François-Xavier de Donnea et Yolaine de Villegas (Galerie Lorelei), Betty De Steffano (Collectors-gallery), Claire Fontaine (Claire Fontaine),Cécile Kerner (Galerie Cécile Kerner), Ioana Kroonen (Beauty by Kroonen), Olivier Lallement (9Hotel Collection), Marie-France Lavoye (Résident), Christiane Logie (Résident), Pierre Loze (Association Patrimoine Artistique), Antiques Sablon (15 antiquaires), Nupur Tron (Foundation Frison Horta)

- Contact:sauve.lebeau.sablon@gmail.com

[1]Notre association regroupe les habitants, commerçants et sympathisants du quartier du Sablon et 4.900 pétitionnaires qui s'opposent au projet Immobel de démolition/reconstruction de l’ancien site Belgacom au Sablon (4.900, à savoir: 1.254 emails via sauve.lebeau.sablon@gmail.com ou via nos flyers; et 3.630 signatures via change.org).