Association du patrimoine artistique asbl

FORTISSIMI SUNT BELGAE

SCULPTURES ET DESSINS

MATHIEU FAVRESSE

Exposition du 8 au 30 novembre 2019

Vernissage jeudi 7 novembre de 18 à 21 h.

Association du Patrimoine artistique - 7 rue Charles Hanssens à 1000 Bruxelles

Jeudi, vendredi et samedi de 13 à 19 h.

Voilà un artiste qui ne se laissera pas volontiers classer et se méfie des catégories qu'invente la critique. Je le comprends. J'aime chez lui ce ferment d'insubordination. Et je me souviens d'un professeur historien de l'art, poète et académicien qui nous préparait à notre métier, au début des années '70. Il évoquait en chaire à l’université "l'art de nos régions", anticipant ainsi, subtilement, cette prochaine aversion pour le mot Belgique qui allait caractériser les années à venir. Donnant cours vers trois heures de l'après-midi, d'un ton salonnard, il savait admirablement combiner un bâillement à peine dissimulé et la prononciation de Vent Gogh ou Vent Rysselberghe. Sommes-nous là pour réduire le message des artistes à un bavardage culturel ?

Mathieu Favresse s'intéresse passionnément à ce petit pays qui connut l'excellence, qui rayonna dans le monde entier, et engendra de grands artistes, poètes, peintres, musiciens, architectes. Il se replonge avec délice dans ce grand moment de la fin du 19e et du début du 20e siècle que traversa la Belgique, et nous en fait revivre l'esprit. Le pays des "Magritte du cinéma" et des "films culte" réclame-t-il ses clichés, ses "images-choc". Veut-il des "icônes" ? Qu'à cela ne tienne, il en fera : James Ensor, Rik Wouters en mixed média, technicolor, et 3D post-post-impressionniste. Mais aussi Horta en buste, grave et admirable, Hergé pris sur le vif, saisissant, et le père de Gaston Lagaffe, rêveur et délicieux. C'est avec humour et tendresse, mais avec force que Mathieu Favresse convoque toute la ménagerie identitaire d'un pays en mal de lui-même, pour en réveiller les sens et le secouer. Ses lions sont les cousins de ceux qui ornaient nos monuments fondateurs, rarement observés ailleurs que dans un cirque. Et pour être certain qu'on se demande s'il est sérieux, à côté de ses dessins où il reconstitue les grands moments des Expositions universelles ou les performances techniques de ce pays d'ingénieurs, il nous fera aussi des chiens ou des chevaux, pour être sûr qu'on ne le prenne pas pour un minimaliste conceptuel et qu'on le soupçonne un peu d'être pompier. J'aime les artistes qui sèment le doute et nous sortent du confort esthétique.

Pierre Loze - septembre 2019

M’enfin! comme dirait Gaston!

Il a de quoi nous surprendre ce garçon! Et savez-vous pourquoi? Mais c’est tout simplement parce qu’il est tombé dans la marmite de la potion magique! Il en est ressorti fort, très fort en …histoire, passionné au point qu’il peut vous raconter l’histoire de notre pays en passant des grands faits aux expéditions les plus intrépides. Et si l’expression de César,Fortissimi sunt Belgae, résonne si bien dans la tête de Mathieu Favresse, c’est grâce à son grand-père, l’historien Félicien Favresse, qu’il n’a pas eula chance de connaître sinon par écrits aux titres révélateurs du caractère pointu de sa passion:L'Avènement du régime démocratique à Bruxelles pendant le Moyen Âge (1306-1423),Le Premier Règlement accordé au métier des tisserands de lin de Bruxelles, etc.Mais ce n’est pas tout : Mathieu y aussi une mère et des oncles artistes, les Bosquet, eux-mêmes issus d’un grand père musicien,Corneil deThoran,chef d'orchestre et directeur duThéâtre de la Monnaie, considéré comme une figure emblématique de la scène musicale en Belgique.

Et Mathieu dans tout ça? Lui, c’est l’original par excellence.

Des bustes en terre cuite qui rendent hommage aux grandes figures de l’art - peintres, sculpteurs, architectes, écrivains du 19eet du 20esiècle : Permeke, Lalaing, Horta, Lemonnier, mais aussi Hergé et Franquin! Ont aussi droit au chapitre ses animaux préférés: lion rugissant ou sa paisible chienne Hortense qu’on découvre dans toutes les positions. Des aquarelles ou des dessins, une série de noirs et blancs au réalisme photographique saisissant qui commémore les plus brillantes réalisations pays du 19esiècle, deuxième puissance économique mondiale après l’Angleterre à cette époque, ne l’oublions pas!Et pour couronner ce panel de célébrités, Mathieu découpe en expert des cannettes de bière nationale pour en faire jaillir des bouquets de fleurs, déroutant, non peut-être? Et je ne vous ai pas tout dit…

Dominique Vautier